L'histoire du petit mouchoir

Publié le par Miss Terre

L'HISTOIRE DU PETIT MOUCHOIR

Alors que le mouchoir était tout seul, au milieu de tous ses compagnons d'infortune dans la décharge municipale, au moment ou ce dernier allait se faire emporter par cet immense monstre de féraille jaune, qui avait déjà emmené son Ami le vieux coffre en bois de chêne, le gentil monsieur canapé qui était toujours là pour le réconforter, Madame la chaise à bascule aussi, celle qui leur racontait des tas d'histoires... et tous les autres...


Il y eu ce coup de vent, ce vent sauveur, qui avait choisie de l'enlever lui et pas un autre... il tente de sortir du pétrin ceux qu'il peut, mais malheureusement et il le sait, seuls ceux qui ne pèsent pas trop lourd peuvent un jour avoir cette chance, de se faire emporter par lui, loin de ce lieu de mise à mort.


D'autres sauveurs parfois viennent et embarquent Madame la table, une famille entière de cinq chaises échappe ainsi à une mort certaine, Mademoiselle la brouette fût ainsi un jour sauvé par un vieux monsieur, elle allait reprendre du service surement repeinte à neuf, une nouvelle carrière commençait alors pour elle !!


Un jour, ce fût donc le tour du petit mouchoir que le vent sauveur était venu chercher après qu'il ai atterrie dans cette décharge municipale. Oublié pour un autre plus jolie, plus doux et plus neuf, par celui qui il le pensait ne l'abandonnerait jamais, ce petit garçon qui s'appellait Romain. Il a fini d'abord dans un tiroir, tout au fond, bien caché, presque oublié.


Puis un jour sa maman lui a demandé s'il voulait le garder, ce mouchoir oublié qui semblait si vieux alors qu'il n'en était rien. Le petit garçon fit "non " de la tête, et là tout s'écroula pour le petit mouchoir, et toutes ses années alors ? il avait été là lorsque le petit garçon pleurait à chaude larmes, pour le réconforter, un temps soit peu l'apaiser, dès qu'il le pouvait et sans rien demander en retour si ce n'est que le petit garçon aille mieux après.


La maman du petit garçon le jeta alors à la poubelle comme l'on jète une chose qui nous dérange, une chose qui ne sert plus à rien, qui à fait son temps.


Dans le grand sac poubelle, il se senti à l'étroit, il pleura de se voire ainsi réduit à cela, de finir sa vie loin de celui qui l'avait adopté quelques années plus tôt. Toutes ces peines combattues ensemble, toutes ces victoires ne comptent donc plus ? Au milieu des assiettes en cartons, des clous rouillées, des bouteilles d'eau condamnées à n'avoir qu'une vie éphémère, il s'en allait vers un nouveau monde.


Il atterrie ainsi dans la décharge municipale de la ville, rencontrant d'autres compagnons, certains si abîmés, si malades qu'il ne répondaient pas lorsque le mouchoir tentait d'engager la conversation. Comme ce lit, qui n'avait plus que 3 pieds, sa tête en métal forgé couleur dorée qui avait perdu de son éclat, il était aujourd'hui un laissé pour compte, attendant sa fin, remplacé par un autre.


Ici, chacun à son histoire qui lui est propre, cette décharge municipale, c'est le grand débarras de ceux que l'on remplace sans vergogne, sans se poser de questions, pour les remplacer par des choses plus neuves, plus solides... On oublie ceux qui ont perdu de leur éclat, de leur efficacitée, de leur solidité, on les range ici, dans ce grand débarras à ciel ouvert, au milieu des intempéries, loin des villes et des habitations, loin de ceux qui les accompagnaient un temps durant pour mieux s'en débarrasser ensuite. Le grand débarras de la vie et des injustices, c'est ici.


Et aujourd'hui, le petit mouchoir à été emporté par le vent sauveur, il s'en est allé loin de la décharge municipale, loin de ce petit garçon qui l'a oublié, il a atterrie dans un parc ou un jardin, il ne sait pas trop, accroché à la branche d'un jeune boulleau. Puis un jeune garçon la vu et sous la forme d'un défi lancé face à ses copains, est venu le chercher tout là-haut, l'a libéré de cette branche et l'a emportée loin de ce boulleau sans paroles.


Aujourd'hui, il coule des jours heureux avec ce même petit garçon, qui prend soin de lui, le petit mouchoir à retrouvé sa douceur d'antan, il a arrêté de pleurer, et il vit sa vie ailleurs et il se porte bien.

Publié dans Tites histoires

Commenter cet article